Qui sommes-nous ?

Une association riche de plus de 15 ans d’expérience

Tuba a pour but d’apporter du répit et du relais aux familles, aux aidants ainsi que du bien-être et des loisirs aux personnes accueillies.

 

Conventionnée par le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine et l’Agence Régional de Santé de Bretagne, reconnue Etablissement médico-social d’accueil temporaire, l’association compte 30 professionnels (auxiliaire d’intégration à la vie sociale, aides-médico-psychologique, responsables de séjour…). Il prennent en charge les personnes accueillies dans tous les actes de la vie quotidienne et les activité de loisirs conformément au projet d’établissement.

Edito


En inaugurant sa Maison de vie d’accueil temporaire pour personnes avec autisme ou polyhandicap, la présidente, Isabelle Guinic rappelle comment a été vécu cette création et la résume ainsi :

« Las de devoir être des héros à temps plein, un groupe de parents, s’est mobilisé avec l’ADMR et quelques soutiens politiques, et a oeuvré pour le plus grand nombre, afin de trouver un moyen de respirer et d’appréhender plus sereinement les particularités de leur vie. Afin de s’y adapter et de répondre aux besoins et attentes de leur famille, immergée avec eux (dans cet univers parsemé d’embuches). »

Une dimension familiale

Elle  résume aussi le cadre dans lequel s’incrit ce dispositif : « La dimension familiale de TUBA est primordiale dans ce projet. C’est grâce au travail accompli par les parents administrateurs, les bénévoles, conjointement aux professionnels, que la Maison TUBA ouvrira ses portes pour accueillir des enfants et des adultes, selon les exigences fixées par le Conseil d’administration, garant du projet. »

Michel Lalanne, vice-président, a coordonné et suivi le projet de construction. Il résume ainsi la ligne de force qui a guidé les choix d’architecture, de matériaux…. : « La Maison TUBA a été conçue «comme le prolongement de la maison de nos enfants» pour y accéder sans rupture, s’y sentir bien, dans un environnement naturel préservé, sain et confortable.»

Un travail important d’analyse et de recherche s’est effectué : « Les visites d’établissements que nous avons effectuées avec les professionnels de l’ADMR, dans l’Ouest de la France et ailleurs (Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme…) avec leurs personnels, leurs architectes, les décideurs – que nous remercions – nous ont convaincus de viser la qualité durable, dans les matériaux et les équipements, et finement réfléchie en fonction d’une utilisation très intensive. »

Que dit la loi 2005

Isabelle Toxé, vice-présidente rappelle l’impératif contenu dans la loi de 2005 : que la société puisse compenser par des aides les besoins qu’ont les personnes en situation de handicap pour avoir accès à la vie sociale et culturelle. : « Si chacun doit pouvoir trouver sa place au sein de la société, les personnes handicapées ont, pour cela, besoin des aides à la compensation qui doivent être adaptées à la nature et au degré du handicap. Force est de constater que les personnes les plus dépendantes et/ou présentant des troubles du spectre autistique sévère sont trop souvent les grandes oubliées des discours de communication ou d’information sur le handicap. Mais surtout, les moyens alloués pour répondre à leurs besoins d’accompagnement sont, à ce jour, très insuffisants ou inadaptés ».

Elle a également souligné les difficultés à mettre en oeuvre les réponses nécessaires : « En l’absence de croissance économique forte, la politique de redistribution n’est pas orientée prioritairement vers le handicap. Le choix d’une allocation de moyens financiers doit se faire, bien entendu, au plus près des besoins, avec pertinence et justesse. Mais qui peut croire que le sujet aussi déterminant que la santé, l’accompagnement du Handicap ou tout simplement la situation des adultes en fin de vie, soit une simple variable d’ajustement budgétaire ?

D’autant plus, et nul ne peut l’ignorer, que le secteur de l’aide à la personne est un gros pourvoyeur d’emplois et permet pour beaucoup de se réaliser professionnellement.

Dans sa conclusion elle a rappelé les motivations des membres de l’association : « Pour notre part parents de TUBA, nous devons encore relever modestement de nouveaux défis : contribuer au bonheur de nos enfants, vivre heureux et pouvoir mourir sereins.

Légitimement, nous nourrissons le rêve de voir notre enfant vivre sa vie et son quotidien au sein d’une structure telle que la maison TUBA.

Association ADMR TUBA

Présidente Isabelle Guinic


Histoire – les grandes dates :

  • 1998 /2002 : Création des services
  • 2008 : Création de l’association TUBA
  • 2009 : reconnaissance comme établissement médico social
  • 2012 : Autorisation de capacité et de construction de la Maison TUBA
  • 2014 /2015 : pose de la première pierre et démarrage des travaux
  • Janvier 2017: réception et ouverture de la Maison TUBA
Retour à l'association